banniere.gif

 

 

 

  Saga        Biomatique Extasia

Hurlement de limbes

Angelica

Biomatique Extasia

Azatox

Les clowns

Président I.A

 

 

 

 

D’UN MONDE A L’AUTRE

En fait, tout l’intérêt que je porte à CRYPTE et REEL FUTUR se base sur deux qualités qui sont « Réalisme et Onirisme. » Deux éléments opposés à première vue, mais qui une fois contraint à l’association permettront les meilleurs effets d’animations de scènes de simulations, vous savez, lorsque le rêve devient réalité, et vis et versa !

 

Réalisme. L’une des façons d’aborder Crypte est par la vision du futur que se font la majorité des amateurs de Science Fiction.

Cette vision est nommée Réel Futur. C’est également le nom que l’on peut alors donner à cette simulation, si c’est bien par cette porte d’entrée que l’animateur décide d’y introduire les actants.

Dans cette vision le but de l’animateur, des scénaristes (et notamment de moi-même) et surtout de l’imagination des actants, est de se représenter le futur de la façon la plus réaliste, autrement dit avec le moins d’écarts possibles, comme s’il n’y avait pas eu de fin du monde et que les choses c’étaient poursuivies normalement, pour le peu que l’on parvienne à ne pas trop noircir et dramatiser la majorité des signes avants coureurs et annonciateurs de l’apocalypse, bien entendu.

 

Onirisme. Revenons-en à nos montons : L’apocalypse a eu lieu et tout le monde est mort. Selon l’ambiance désirée, et l’humeur des spectres résidents, le monde peut être, au mieux, semblables au paysage dessiné à la fin du film Matrix, tel un couché de soleil illuminant les vitres miroirs de hauts gratte-ciels, ou bien, au pire, de vastes pleines désertiques, ruines et catacombes jonchés d’ossements broyés et écrasés par de lourdes machines mécaniques et robotisées…

 

/ L’animation de ces simulations devrait donc être rythmée par le passage d’une vision à l’autre, tel que l’on passe du conscient à l’inconscient, de la biosphère du monde courant à l’infosphère de la matrice, du rêve à la réalité, du cauchemar aux limbes, du concret au virtuel, du constant à l’intemporel, du réalisme à l’onirisme, du vaste monde de Réel Futur à celui de Crypte.

 

Note sur le dit côté sombre et obscur de ces simulations.

Je suis tout à fais conscient et d’accord pour dire que le glauque n’est en rien un argument de qualité (et donc de vente) pour un produit, quel qu’il soit.

En revanche, le réalisme et son contraire en sont deux, de bons arguments. Et c’est bien ici le but recherché. Exemple au hasard, si l’on prend l’ensemble des richesses de la population mondiale, et que l’on veut être réaliste, l’on ne dira pas que l’on est dans un monde particulièrement « riche » ou « pauvre » ou « moyen, juste entre les deux. » Ce serait trop facile.

L’on dira plutôt qu’il y a des riches et des pauvres, et qu’en règle générale les riches se font souvent plus rares que les pauvres mais qu’ils sont beaucoup plus riches…

J’insiste bien, je suis bien incapable de dire si le futur sera en réalité plus proche de l’univers de Crypte que de Réel Futur, je ne me contente que de m’efforcer d’anticiper certains faits ou catastrophes (et c’est bien le principe même de la simulation que de se mettre en situation de danger) plus ou moins basés sur une expérience du réel et ce n’est pas vraiment sur une quête de pessimisme ou d’optimisme absolu que je fonde mes créations, mais bien sur le plaisir associé à la mise en scènes de situations hypothétiquement réalistes et parfois le désir éprouvé de s’en éloigner, tout simplement.

 

 

 

Copyright © 2008 Christophe Vanhille - Tous droits réservés -