banniere.gif

 

 

 

  Saga        Biomatique Extasia

Hurlement de limbes

Angelica

Biomatique Extasia

Azatox

Les clowns

Président I.A

 

 

 

 

Scénario II) Brigade Spécial d’Investigation des Variations Limbique (BSIVL)

 

L’investigation limbique vous a plus ? Toujours pour un groupe de deux à six joueurs moyennement expérimentés, ce Scénario ouvre l’introduction à une longue campagne de Réel Futur avec pour thème principal les interactions limbiques. Go !

 

Introduction) Engagez-vous !

Les Pjs ont pus rendre le moteur de vaisseau à fusion de particules nucléaires aux autorités locales ?

Très bien, après avoir longuement auditionnés les Pjs, le haut-commissaire de la police en personne vient les remercier pour un travail sur lequel la police trépignait depuis déjà de longs mois.

Mais le haut-commissaire leur avance également une incroyable proposition : S’ils le désirent, les Pjs ont d’office leurs passes pour entrer dans les fameuses Brigade Spécial d’Investigation des Variations Limbique (BSIVL.)

Ces bien connues forces spéciales ont pour objectif la surveillance et la régularisation des limbes, c’est un travail de prestige qui est particulièrement bien rémunéré par les temps qui cours.

De toutes façons, si cela ne convient pas tout a fait aux Pjs (s’ils ont déjà un travail qui leur plais bien, par exemple) il est toujours possible de pratiquer ce travail en tant que volontaire (semi professionnel), et donc de pratiquer cette activité à temps partiel, pour intervenir lorsque le besoin se fait sentir, auquel cas ils se feront biper, en gros.

 

Les Pjs auront deux semaines de formations intensives, où ils pourront réévaluer certaines de leurs compétences (selon les X.Ps gagnés.) Après quoi ils pourront appréhender leur premier briefing et ordre de mission.

 

Note : Si vous intégrez des nouveaux PJs en cours de campagne (et donc qu’ils n’ont pas fait le premier scénar) voici un exemple de façon de le faire :

Les Pjs sont des joueurs assidus d’un nouveau jeu virtuel (‘peut s’appeler Crypte…) qui fait fureur mais qui se vend sous le manteau, pour cause, le jeu est tellement prenant qu’il rend les joueurs accros et a donc était interdit par la loi. Les Pjs y jouent depuis pas mal de temps et à force ils sont même passés modérateur/animateur/administrateur du jeu. C’est à ce moment là que les BSIVL les contactent, ils leur proposent un contrat : Les aider à démanteler le réseau et en échange ils ne seront pas poursuivit par la loi. L’opération est un tel succès que les PJs se voient récompensés par la proposition de pouvoir rejoindre les BSIVL…

 

Mission 1 : Variation de type E

 

Degré et forme de variation

A Très légère

B Légère

C Assez légère

D Moyenne

E Assez forte

F Forte

G Très forte

 

Ici, à première vue la mission s’avère être des plus simples : Une variation de type E (assez forte) à été enregistrée dans un appart quelconque d’un particulier, au 25 bis avenue du quai st Lasard, 3ème étage porte B, Utopia Paris.

Le locataire de l’appartement se nomme Antoine Riémé, nationalité française, noir, 32 ans, employé dans une entreprise d’abatage de volaille, son numéro d’I.P Limbique est le 155974322152, l’avatar utilisé est un clone de personnalité (qui définie une copie conforme de sa propre identité.)

Pas d’autres informations ou instructions spécifiques pour le moment. Les Pjs doivent se rendre dans les plus brefs délais sur les lieux afin de savoir pourquoi et comment y a-t-il pu y avoir une variation limbique et si possible y réparer les défaillances.

 

Sur place

Sur place, d’abord, personne ne répond. Il faut alors trouver un autre moyen pour rentrer (oui, comme de défoncer ou crocheter la porte…)

L’intérieur est un petit F2 banal, bibelots et autres plantes vertes, décor classique d’appartement (à modifier et agencer selon vos goûts…)

Dans la chambre, les Pjs trouvent un lit, une table de nuit et une armoire, mais aussi… Le présumé locataire est installé à son bureau où son ordinateur est allumé, visiblement mort ou inconscient, main droite tombante, l’autre main portée sur sa poitrine, casque de projection sur la tête.

En mode limbes les Pjs constatent qu’un couteau est planté en plein cœur de la victime, du sang virtuel inondant la pièce, ce qui est totalement improbable d’un point de vue rationnel (si l’on meurt dans le virtuel on ne meurt pas dans la réalité, normalement), mais qui pourrait très largement expliquer le pic de défaillance de variation limbique.

 

L’ordinateur est connecté au cyberspace, sur « Eloise, » un célèbre site de chats et rencontres. Plus précisément, si les Pjs consultent avec plus de profondeurs, ils découvrent les pages d’« Angelica, » pseudo d’une cybernaute inscrite en mode « anonymat. » L’on n’en saura donc pas grand-chose de plus, si ce n’est qu’elle aime bien le tennis et la lecture du genre policier, mais on peut également consulter sa collection de photos de mode, ayant de charmantes poses pour attrait.

N.B : Ici c’est le thème soft des sites de rencontre qui est évoqué, rien ne vous empêche d’aborder des thèmes plus déviants, quitte à modifier quelques scènes du scénars si ça répond plus à votre goût…

 

Meurtres en série

Pas d’autres indices sur les lieux. Si les Pjs cherchent à se connecter en communication directe avec Angelica, celle-ci accepte dans un premier temps, puis raccroche si elle se rend compte de l’endroit d’où provient la demande.

L’idéal serait donc de la recontacter en un autre temps / autre lieu.

Si tel est le cas elle n’accepte que les rendez-vous virtuels. Refusant de recevoir chez elle, le rendez-vous virtuel se fera chez le contact.

 

Celle-ci apparaît comme une poupée à la chevelure mauve, combinaison blanche incrustée d’implants électroniques. Son apparence angélique cache toute une batterie d’armes pouvant apparaître n’importe quand dans ses mains : Pistolet laser automatique, neuro-fouet (fil de fer électrique pouvant découper ou électrifier la victime), sabre et shuriken laser. Batterie de couteau.

Si elle parvient à tuer l’un des Pjs dans les limbes, ce dernier meurt d’une crise cardiaque dans la réalité. Il sera toujours possible de lui faire un massage cardiaque / bouche à bouche pour essayer de le réanimer…

 

Si les Pjs laissent la police s’occuper de l’affaire, celle-ci classera le dossier, prétendant que la mort est due à une crise cardiaque et que cela n’a pas de rapport avec le virtuel.

Si les Pjs ne font rien dans l’immédiat, très vite d’autres meurtres du même type se produiront. De toute façon, même si les Pjs tuent Angelica, d’autres filles prendront la relève.

Non, indubitablement, le problème est plus complexe.

 

Il faudra que les Pjs se rendent dans les locaux du site de rencontre Eloise pour qu’une secrétaire leur avoue que les filles évoquées n’existent pas dans la réalité. Ce sont des intelligences virtuelles programmées pour répondre au client lorsque le taux de filles réelles est trop bas pour répondre à la demande masculine.

Evidemment, à l’origine ces programmes ne sont pas programmés pour tuer. Ils sont vendus par Data-X, une petite entreprise de programmation (néanmoins affiliée au groupe Mentor) située quelque part en province d’Utopia Paris.

 

Data-X

Data-X à beau n’être qu’une « petite » entreprise de programmation, robots et caméras de surveillances, alarmes, sas de passages et portes sécurisées en font un fort imprenable en matière de haute sécurité.

En mode limbes, l’entreprise est un austère bâtiment fortifié perché au sommet de hautes montagnes, les employés sont des prêtres moines ninjas.

 

Que ce soit par le baratin, l’éloquence et la diplomatie, ou l’art du commando-ninja, les Pjs doivent réussir à s’introduire dans le temple/entreprise.

 

Les différents points clés de Data-X :

 

La salle de briefing et de réunion.

La salle de réunion est une immense salle ou des tables sont disposées en ogive, au centre des tables une plante verte et dans le fond de la salle il y a un gigantesque tableau blanc où peuvent être projeté des images par le biais d’un vidéo projecteur.

Dans les limbes, cette salle fait office de salle principal du temple, les chaises sont remplacées par des chaises de prières. Au centre et dans le fond de la salle (à l’emplacement de la plante et du tableau blanc) il y a deux icônes de « Mentor » le dieu robotique. Il s’agit d’un androïde sans jambes, la peau synthétique décharnée par endroit et qui est pourvut de longs bras flageolants. Il exécute quelques mouvements robotiques dans une capsule de liquide fluorescent où sont reliés tout un tas de câbles du sol jusqu’au plafond.

N.B : Les prêtres moines ninjas ont de nombreux bonus à leurs jets.

A l’instar des jeux vidéos, Mentor est un boss qui envoie des projectiles dans toute la salle. Les portes ne se rouvriront que lorsque Mentor sera détruit.

 

2) Les machines à café

Chapelle du dieu Mentor.

N.B : Les prêtres moines ninjas ont de nombreux bonus à leurs jets.

 

3) La salle informatique

Là qu’ont été conçus les spectres bioroides (les intelligences artificielles de femmes qui ont commis les meurtres.)

En faisant parler les prêtres informaticiens les Pjs apprendront le fin mot de l’histoire.

L’histoire c’est que les spectres bioroides ont étés munis d’un programme de sentiments pour améliorer le réalisme des échanges amoureux. Inattendu était le rendu des programmes qui ont adoptés un comportement meurtrier.

Heureusement ces programmes sont toujours reliés à une centrale de données située à côté de la salle informatique. Si l’on force les informaticiens à reprogrammer le système, ou si l’on détruit la salle de stockage des données (en faisant tout sauter par exemple) les spectres bioroides seront détruit.

 

La Fin

Le grand patron de l’entreprise est Mentor en personne. Intelligence artificielle existant à travers le réseau, il est impossible de le détruire réellement.

Les Pjs n’auront qu’une chance de salut pour sortir de là vivant. Il leur faudra emprunter des aérojet-coptères sur le toit de l’entreprise pour s’enfuir. Ils seront alors poursuivis par d’autres aéro-jet-coptères qu’ils faudra semer et/ou détruire avant de trouver la tranquillité propice à cette fin de scénario.

 

 

Copyright © 2008 Christophe Vanhille - Tous droits réservés -